Pour des intentions claires, trouves les bons mots 😉

Léanne n’a jamais aimé les relations fausses. C’est elle qui le dit :

-Moi j’aime mieux être seule que de supporter l’hypocrisie des autres !

– Mais Léanne, que je lui demande, est-ce que c’est hypocrite de ne pas toujours tout dire ce que tu penses ?

– En tout cas, je déteste le manque de transparence. J’ai besoin d’être avec des gens authentiques.

Gros contrat social !!!

Comment Léanne peut-elle être si exigeante envers elle et ses semblables ? Nous vivons dans un monde de plus en plus polarisé, réactif. Une société de surface où tu dois protéger ton image, te préserver contre ce que les autres pensent de toi, te justifier lorsque ton code moral est critiqué, tout ça en plus d’avoir une belle personnalité à faire valoir. Oui, c’est grâce à ta belle personnalité que tu obtiens un bon travail, que tu bâtis ta clientèle, que ton statut Facebook / Instagram se surpasse en «like». La quantité prime sur la qualité. La réussite est quelque chose qui se compte. Alors comment peux-tu rester authentique dans ce monde gonflé à l’hélium du succès instantané ?

Crois-tu qu’une personne authentique est toujours loyale, juste, à l’écoute ? Au sens qu’elle est toujours à l’écoute de l’autre, qu’elle ne juge pas, qu’elle fait uniquement ce qui lui convient et qu’elle parvient à réussir plus facilement que les autres ?

Dans les faits, personne n’est épargné par l’adversité.

Dire tout ce qu’on pense

Comment peut-on prétendre pouvoir ou vouloir dire tout ce qu’on pense quand la plupart de nos pensées ne viennent pas de nous mais de notre conditionnement. La condition humaine est tracée par nos repères. Et ces repères sont des garde-fous quand on n’a pas la capacité de créer notre vie à partir de notre propre source. C’est là, seulement à partir de cette source, que tu peux commencer à être réellement authentique.

L’illusion de l’authenticité : les sentiments

Léanne est certaine qu’elle est authentique lorsqu’elle dit à son ami qu’il lui a fait de la peine parce qu’il lui a menti. La seule chose qui est authentique dans chaque histoire, c’est l’émotion. Tout le reste est une question de perception selon le vécu mémoriel de chacun, c’est-à-dire son conditionnement. Et les perceptions sont toujours liées à un sentiment.

Rien n’est plus éloigné de l’authenticité qu’un sentiment. Surprenant n’est-ce pas ? Le sentiment est valorisé partout dans toutes les sphères de nos vies. On dit que le sentiment est ce qui nous rend humain. Rien de plus faux! C’est plutôt en raison des sentiments qu’on tue, qu’on ment, qu’on trahi, qu’on fait la guerre !

Léanne a le sentiment que les gens qui ne disent pas tout ce qu’ils pensent sont des hypocrites. Mais ça dépend aussi des vérités qu’elle est prête à entendre, de la réalité qu’elle peut regarder en face !

Léanne aime bien les gens qui créent leur mode, qui expriment leur origine culturelle. Elle les trouve authentiques. Et pourtant, la culture n’est qu’un simple reflet de ton état mental. Si tu es attaché à une culture, à un culte, quelle qu’elle soit, c’est que tu as du mal à trouver ton être essentiel. Alors tu ne peux jamais être authentique. Tu es «coloré» par ta culture, par ton culte (que ce soit croire en dieu ou dans un gourou de l’économie).

Les dimensions de l’authenticité

Il y a plusieurs aspects intérieurs qui t’empêchent d’être authentique :

  • La mémoire qui t’attache et te rend craintif ou résistant face au changement;
  • L’intention de tes pensées qui est loin d’être claire en tout temps;
  • Le conditionnement de notre race humaine avec la culture du prédateur;
  • Les sentiments qui colorent ton être;
  • Les émotions qui ne sont pas toujours vues comme un outil d’évolution mais plutôt comme un désir de se victimiser.

Ainsi, quand une personne déverse sa charge émotive sur les autres alors qu’elle pense qu’elle est en train de simplement exprimer ce qu’elle pense, elle n’est pas du tout en train d’être authentique. Elle te prend pour une poubelle ! Personne ne mérite ni doit se laisser traiter ainsi.

Si tu cherches constamment à être compris.e intégralement par les autres, ce n’est pas parce que tu es authentique, c’est parce que tu es insécure, que tu as besoin d’approbation, que tu veux combler un vide ! Pourquoi ne pas l’exprimer clairement ?

Si tu exprimes ta peur d’être envahi.e et que tu te sens impuissant.e à changer quoi que ce soit, malgré que tu en parles, es-tu authentique ou bien tu donnes ton pouvoir de prise en charge à quelqu’un d’autre, comme si il ou elle te devait de t’aider ? Pourquoi ne pas commencer par dire que tu as du mal à te protéger ?

Si tu dis à ta petite amie comment elle devrait se sentir en prétextant vouloir l’aider à aller mieux, c’est que tu essaies de la faire taire. Tes intentions réelles seraient de dire : peux-tu me sacrer patience avec tes problèmes ! Mais tu te sentirais vraiment mal de lui dire la vérité. Tu sais qu’il y a des manières de parler de soi, sans blesser ni s’imposer aux autres. Finalement, est-ce que c’est toi ou elle qui a un problème ? Au lieu lui dire quoi penser ou comment se sentir, pourquoi ne pas apprendre à parler de vos sensibilités sans vous faire de reproches, sans vous condamner, sans tirer chacun sur la couverture ? Pourquoi ne pas lui dire que tu ne sais pas quoi faire quand elle est trop émotive, parce que toi non plus tu ne comprends pas bien les émotions & Ce serait un réel début d’authenticité.

Dire ce que tu penses est directement proportionnel à ta capacité d’assumer tes intentions cachées. Et quand tu fais le ménages dans ta psyché, quand tu regardes ta réalité en face, ce qui est beau et ce qui est laid, tout ça finit par perdre son importance. Cette mise en transparence de l’ego, c’est toujours face à soi qu’elle est la plus percutante (je ne peux que vous recommander la Formation Le Créateur pour ce grand ménage).

Et quand tu t’aperçois que tu ne dois rien à personne, que tu te dois tout à toi-même, tu cesses de mettre de la pression sur les autres, tu sais qu’eux non plus ils ne te doivent rien. Et tes exigences face à la race humaine tombent à plat. C’est le début d’une réelle authenticité.

C’est quoi être authentique ?

Une personne qui dit tout ce qu’elle pense, n’est pas nécessairement authentique.

L’authenticité n’est pas le fait de parler de tout ce qui nous vient sans filtre, même devant les personnes le plus opaques.

L’authenticité est d’abord un devoir envers soi et non envers les autres. Vous vous devez à vous-même de comprendre pourquoi vous êtes intense ou au contraire éteinte. Pourquoi vous êtes victime ou au contraire la personne qui donne, qui éclate. Êtes-vous «yin» ou «yang» ?

Notre premier devoir n’est pas de dire tout ce qu’on pense aux autres. C’est de comprendre comment nous subissons leur énergie, leur comportement, leur envahissement, parfois même leur bien-être. La manière dont on réagit aux autres nous indique ce que nous avons à faire pour rester intègre à notre essence, à nos énergies. C’est cette action constante qui fait de nous un être authentique.

Le reste, c’est de la gestion de relation.

3 trucs pour devenir authentique ?

  1. On se centre;
  2. On établit clairement nos intentions réelles au-delà du sentiment;
  3. On s’en tient à elles dans nos actions.
  4. On se souvient qu’on ne réussira pas chacune de ces étapes à tout coup et qu’on a droit à l’erreur pour mieux se reprendre 😉