Voici ce dont il sera question dans cet article :

  • La face cachée du capitalisme
  • La recherche de la facilité nous conduira au pire
  • Les 50 prochaines années, ça nous regarde
  • Notre responsabilité citoyenne : faire pression sur les élus

À l’ère du selfie, chacun sait à quel point nous regardons la surface du monde et que nous nous faisons soit berner soit bercer par ses profondeurs. En réalité, nous ne voulons pas savoir ce qu’il y a au fond…brrr…

Je vous recommande cette couverture thérapeutique. Son poids vous permettra d’éprouver du réconfort. C’est certain qu’après vous serez prêt.e à sonder vos profondeurs ;-)

Nous avons peur. Peur de perdre notre confort matériel, nos habitudes, nos rituels, et surtout notre plan de retraite. Alors nous fermons tous les yeux bien fort pour ne pas être le prochain sur la longue liste des malades chroniques, des faillites, des usagers des banques alimentaires ou pire encore, des itinérants aux prises avec une maladie mentale.

Quel sombre avenir suis-je en train de décrire ? C’est simplement la face cachée du capitalisme et vous le savez très bien. Nous y sommes tous enchaînés de près ou de loin. Vous êtes un pro-environnementaliste ? Vous multipliez votre présence dans des CA de pointe ? Dans tous les cas, vous êtes un consommateur qui doit travailler pour s’offrir un logis, manger et prendre des vacances.

Tout n’est qu’une question d’équilibre. Sauf pour la logique capitaliste qui ne s’émeut jamais des injustices ni devant les changements climatiques. Notre avenir se joue entre ceux qui détiennent tous les leviers pour accumuler des richesses et ceux qui se soucient de leur milieu de vie.

Ceux qui font partie du problème sont aussi une solution

Les tenants du capitalisme ont compris que les meilleures places sont dans les avancées technologiques de pointe, tant pour accumuler des richesses que pour s’approprier les leviers du système, pour ne pas dire du vivant. Ceux-là sont sur tous les CA d’entreprises de technologie, en particulier d’intelligence artificielle. Et comme vous et moi ne nous y intéressons pas, ne les blâmons pas de décider à notre place comment vivre notre vie. Cet aveuglement volontaire, ça fait notre affaire, non ?

Ces leaders ont beaucoup d’influence sur nos vies en raison des solutions pragmatiques qu’ils savent apporter concernant notre santé, nos affaires, etc.

Si ce système capitaliste est le moins pire de tous, le rythme effréné qu’il doit emprunter dans le développement des technologies (et autre progrès), engendre la plupart de nos problèmes de santé globale (physique, mentale, énergétique).

RÉACTIONS ? Puisqu’on ne peut pas éviter le capitalisme sauvage, certains préfèrent en profiter et se lancer intensément dans l’arène, motivés par les gains. Ceux-là contribuent à l’accroissement des richesses et rendent notre confort encore possible. Le prix : l’environnement, la santé globale de l’être. D’autres se retirent vers une vie plus modeste, plus équilibrée, prêts à vivre sans levier, mais bien assis sur le réel. Le prix : un appauvrissement relatif qui les rend inéligibles aux leviers financiers et aux médias qui en dépendent, mais ils enrichissement la santé globale de leur être et celle de leur entourage.

Indéniablement, tous, nous sommes responsables d’entretenir la souffrance et la douleur humaine dans cette chaine consommateur/travailleur. Si vous travaillez dans le domaine du coaching pour entreprises, vous devez constater souvent qu’il y a des limites à faire croire aux leaders qu’on peut motiver ad vitam aeternam les gens sans qu’ils y perdent leur santé physique, mentale, voire le sens de la vie. Chaque entreprise est bénéficiaire et à la fois victime des effets disruptifs de la technologie, ce qui crée une pression accrue et constante sur les travailleurs.

J’ai moi-même décidé de mettre ma formation en ligne – naïvement en 2015. J’ignorais qu’en 4 ans, je serais obligée d’apprendre et d’utiliser les plateformes de la GAFA pour faire valoir ma formation. À l’époque où j’ai développé mon site web (1998), parmi les premiers en développement personnel, l’état d’esprit était complètement différent et les leaders capitalistes ignoraient encore tout de l’impact de la toile. Mais j’ai bénéficié d’une aura internationale que je n’aurais jamais pu payer en publicité et j’ai constaté l’impact. Aujourd’hui, au beau milieu de ce qui est devenu une jungle où quelques leaders tirent les ficelles du capitalisme, je n’avais pas tellement envie de me lancer dans l’aventure de facebook, plateforme qui s’adresse de plus en plus à des professionnels. Mais pas le choix, ma formation y a pignon sur toile 😉

Les outils d’aujourd’hui – dont les algorithmes –  sont beaucoup performants et plus accessibles que jamais. Pourquoi je les utilise ? Parce qu’ils rendent ma tâche plus facile. C’est le principal attrait de l’intelligence artificielle. Et par cette même facilité que nous pourrons, si nous ne restons pas vigilants, sombrer dans une spirale descendante.

La drogue de la facilité

 

Les outils d’aujourd’hui – dont les algorithmes –  sont beaucoup performants et plus accessibles que jamais. Pourquoi je les utilise ? Parce qu’ils rendent ma tâche plus facile. C’est le principal attrait de l’intelligence artificielle. Et par cette même facilité que nous pourrons, si nous ne restons pas vigilants, sombrer dans une spirale descendante.

Nous devrons trouver l’équilibre entre faciliter nos vies ou les régler sur des algorithmes. Si nous ne développons pas notre force mentale, serons-nous assez fort pour ne pas nous laisser impressionner par l’intelligence artificielle ?

Qu’on y soit sensible ou non, le capitalisme élargit ses adeptes grâce aux réseaux sociaux, à travers la vie réelle de ses milliards d’usagers. Il y a du bon mais le pire reste à craindre parce que le mental humain n’est pas assez fort pour se laisser mener par des algorithmes (j’y reviendrai dans un autre texte). Les politiciens et institutions devraient s’intéresser à cette dépendance, comme à une nouvelle drogue ravageuse, celle de la dopamine sur commande.

Pourquoi le développement des technologies est un danger ? 

Comment notre ego pourra-t-il se défendre contre le tsunami d’intelligence artificielle qui s’abat sur nous ?

Jacques Attali explique très bien dans son livre Une brève histoire de l’avenir comment la démocratie découle du capitalisme. Je vous recommande fortement cette lecture car elle vous éclairera sur les 50 prochaines années du monde.

Je résume : en créant de la richesse, on peut construire la cité, voire une civilisation. Les gens s’individualisent et prennent conscience de leur potentiel. Ils le développent et deviennent de meilleurs travailleurs. Ils sont plus compétitifs.

Le capitalisme repose sur l’accumulation de bien, de la liberté d’en être le propriétaire et de la concurrence. Or cette liberté dépend de la croissance incessante du marché de l’économie.

C’est ici que surgit le besoin vital d’avancées technologiques. Pour créer une croissance constante, il faut inventer toujours de nouvelles technologies qui facilitent le confort matériel – et nous en bénéficions tous ! Chacun des leaders sait que les gens ne feront plus rien pour se priver de ces privilèges (très polluants en passant).

Voilà. Pour se perfectionner, il faut être concurrent, avoir de meilleurs cerveaux qui doivent réfléchir à des inventions de plus en plus petites et rapides. Ainsi depuis la Renaissance, neuf villes ont fait avancer le capitalisme ou démocratie de marché dont Bruges, Amsterdam, Venise, Gêne, Londres et bien sûr la dernière cité, celle de GAFA, la Silicon Valley.

Attali termine sur deux issues possibles. La pire, celle d’un hyperempire dont les leaders GAFA seraient les rois et qui ruineraient notre humanité par l’avènement de l’homme-machine. Loin d’être une fiction, vous faites déjà partie des clients potentiels !


Voilà pourquoi vous devriez vous intéresser aux avancées technologiques et à la politique !


 

L’autre issue proposée par Attali, un genre de prise de conscience, celle d’une hyperdémocratie à laquelle il est impossible de croire pour moi. Il faudra plus qu’une prise de conscience, il faudra un choc qui pousse à une transmutation de la conscience vers son mental supérieur (apprendre son processus d’intégration).

Les dangers de l’intelligence artificielle

Bien sûr, la technologie la plus avancée que nous développerons dans les 50 prochaines année, c’est l’intelligence artificielle. Elle représente autant d’espoirs que d’effrois dans son application, étant donné le faible niveau de volonté individuelle des PDG à respecter les codes éthiques dont ils se dotent. Soyons réalistes : le désir de liberté sous toutes ses formes, le droit de cumuler est plus important que celui de respecter des principes éthiques.

Le transhumanisme sera la conséquence directe des avancées de l’IA. Si vous ignorez tout du transhumanisme, voici ce qu’en dit Wikipédia.

Dans cette courte vidéo, Alexandre Laurent nous le dit franchement : «Autrefois l’intelligence était rare. Pour former un ingénieur, il fallait 30 ans et c’était cher. Avec l’intelligence artificielle, nous allons avoir une énorme quantité d’intelligence gratuite que l’on peut copier-coller sur clé usb… et qui vont concurrencer les métiers.»

Ceux qui font partie de la solution 

Comme l’affirme Alexandre Laurent, le développement des cerveaux intelligents explose comme un volcan depuis 2012. Et nos politiciens sont totalement ignorants des enjeux qui se trament à grande vitesse. Ici au Québec, notre gouvernement concentre les pouvoirs dans les mains des plus gros joueurs du domaine de l’I.A., ce qui dénote qu’il n’a aucune idée à quoi seront attribuées ces enveloppes et ne protègera pas le public. Cette distribution inégale de l’argent des contribuables n’est pas une bonne nouvelle.


Alors ceux qui font partie de la solution seront les électeurs capables de réorienter leur vote vers des politiciens avisés et courageux et de faire pression sur les compagnies retors.


Ces élus devront aider les travailleurs à se recycler, s’assurer que le système d’éducation forme les élèves de la bonne manière, non seulement comme des travailleurs mais comme des citoyens dont l’essence humaine ne doit pas être effacée par les contraintes du capitalisme.

Observez les politiciens qui défendent la liberté sous toutes ses formes, ils ne font que protéger le désir des plus concupiscents d’accumuler. Ils favoriseront donc les dérives et ceux qui nous y mènent.

Devrons-nous songer à d’autres avenues ?

Lorsque nous développons l’habitude d’accumuler, nous oublions notre être essentiel. Les Chinois qui ont longtemps résisté à ce modèle d’enrichissement et de pouvoir financier sont devenus en peu de temps les champions de l’économie de marché. Toute la sagesse médicale chinoise que j’ai apprise d’eux dans mon travail de coach/thérapeute, ils semblent en avoir troquée une bonne dose contre la performance technologique. Ils sont d’abord venus copier tout ce que l’Occident a de meilleur, puis ont alloué des fonds à la plus grande mise en chantier technologique et ont mis au pas des travailleurs. De plus en plus riches, ils tendent vers l’individualisme. Ils sont donc en train de développer une démocratie de marché à la chinoise. En effet, nous pourrions croire que le prochain cœur de la puissance financière technologique serait quelque part en Chine. Mais Jacques Attali nous avise que c’est impossible, en raison du fait que les Chinois ne sont pas culturellement individualisés.

Comment savoir si vous faites partie de la solution ou si vous encouragez ce visage obscur, qui nous conduit à notre insu et très rapidement vers une dénaturation très possible de notre humanité ?

Si vous savez déjà que la GAFA a planifié, pour les vingt prochaines années dans tous les secteurs d’activités, l’omniprésence de l’intelligence artificielle et que la face cachée de ce projet vous a troublé.e, vous faites peut-être partie de la solution. À tout le moins, vous vous posez des questions sur la voie de sortie face aux dérapages qui nous attendent.

Mais la réalité est plus profonde… Pour faire partie de la solution, il faut devenir un individu réel. Pas un individualiste, pas consommateur/travailleur indigné qui manifeste, mais un être conscient de ce qu’est son essence interne et de la puissance de création et de volonté qui en découle.

Voici quelques options d’évolution, selon votre niveau de sensibilité :

Qu'est-ce que la SENSIBILITÉ ?

L'A SENSIBILITÉ

C’est la faculté qu’on a de réagir à son milieu pour s’adapter.

www.formationlecreateur.com

Qu'est-ce que l'HYPERSENSIBILITÉ ?

L'HYPERSENSIBILITÉ

C’est une intolérance qui t’empêche de réagir à ton milieu pour t’adapter, ce qui t’amène vers une dimension plus subtile.
www.formationlecreateur.com

Qu'est-ce que la SUPRASENSIBILITÉ ?

LA SUPRASENSIBILITÉ

C’est ta capacité à faire bouger les choses selon ta propre conscience, après avoir fait le ménage entre ta personnalité et ton être essentiel.
www.formationlecreateur.com

Pour savoir si vous êtes Sensible – Hypersensible – Suprasensible, faites le test sensimétrique !

JE VEUX FAIRE LE TEST !

LIMITE DES SENSIBLES

Beaucoup se désintéressent des enjeux sociaux parce qu’ils sont trop complexes. Nous nous sommes en effet impuissants lorsque nous gérons nos problèmes uniquement par la raison, il manque de dimensions. La fonction du néocortex est de trouver des solutions à des problèmes. Alors il en crée ou il en cherche dès qu’il a résolu une question. Aussi, la raison a besoin du cumul de connaissances pour créer un mouvement, celui-ci crée un marché : la culture. Et c’est sur cette base que nous développerons des robots. Ils seront le reflet de nos propres limites sensorielles. Pour dépasser ces limites, nous devrons briser l’idée que la raison se situe au-dessus de tout.

LIMITES DES HYPERSENSIBLES

Les hypersensibles sont généralement ceux qui ne peuvent pas suivre le rythme effréné de la consommation/technologie, parce que leur système nerveux – mesure du niveau de notre sensibilité – est trop instable. Ce sont les créatifs de ce monde. Tant que les entreprises disruptives les embaucheront avec des conditions capable de stabiliser leur influx nerveux, ils resteront sur le marché avec tous les avantages d’être à l’avant-garde. L’instabilité nerveuse les rend plus créatifs que les autres mais aussi, en raison de la cacophonie de notre monde, de plus en plus polarisés. Conséquence : leur santé mentale est à risque. Lorsque vous avez l’impression qu’un genre d’énergie informe sur le dessus de votre tête vous empêche de vous concentrer, qu’un train de pensées vous coupe de concentration ou de votre clarté d’esprit pour accéder au flot d’inspiration, que des signaux étranges de votre corps perturbent votre sens commun et que vous ne parvenez plus à trouver vos repères intellectuels ou émotifs, vous devez sortir du marché (si vous vous reconnaissez et avez besoin d’aide, cliquez ici).

LIMITE DES SUPRASENSIBLES 

Sans une mutation de la conscience de l’être vers ses aptitudes supranaturelles, il sera impossible de changer un système basé sur de l’accumulation vers un système basé sur le flot instantané de l’inspiration. Si les jeunes donnent l’impression d’être dans l’instantanéité, ce n’est pas nécessairement créatif. Ils répondent aux attraits du marché de manière automatique. Le prix d’une santé mentale affaiblie bloque leur volonté de créer une disruption avec le capitalisme pour s’intérioriser et reprendre la maitrise de leurs énergies, de leur être réel. Sans le développement d’une conscience supérieure, rien ne saura donner un réel pouvoir à la volonté humaine, c’est pourquoi nous ne pourrons pas éviter le pire du capitalisme. Seuls ceux qui développeront ce pouvoir interne, capable de renverser les forces qui se jouent de notre humanité, et valoriser l’être essentiel, constitueront un noyau apte à fonder une nouvelle civilisation.

Sylvie, «mentor de l’être»

Leave A Comment