Mission

L’Observatoire veille à promouvoir l’élévation de la conscience psychologique et philosophique vers la conscience universelle grâce à des recherches scientifiques démontrant l’existence de nos structures et pouvoirs, psychique et mental, soit notre supraconscience.

Valeurs

Nous sommes soucieux de valoriser l’universalité de l’être en tant que science encore bien peu explorée. L’Observatoire de psychologie évolutionnaire vise à rendre crédibles et dignes les pouvoirs encore imperceptibles de la conscience psychique et mentale dont chaque personne est dotée.

Objectifs

L’Observatoire s’assure de :

  • Commissioner, produire, promouvoir et participer à des études sur la supraconscience de l’être permettant d’adapter la psychologie évolutionnaire clinique et appliquée au mode universitaire et à la société civile.
  • Recruter des personnes pour fin d’études de cas.
  • Créer des partenariats avec les universités, les chercheurs et autres instances pertinentes.
  • Mettre sur pied des ateliers de réflexion avec les chercheurs pour donner une direction aux recherches.

Qu’est-ce que la psychologie évolutionnaire ? La psychologie évolutionnaire met l’accent sur les attributs naturels d’où est issu notre pouvoir d’agir sur notre environnement de manière intelligente. Ce pouvoir est mis en action par une tension créatrice, le fil ininterrompu et tendu vers la supraconscience. La finalité de la psychologie évolutionnaire est la maîtrise de cette tension créatrice et du pouvoir qu’elle octroie sur notre environnement intérieur et extérieur.

 L’axe central d’étude de la psychologie évolutionnaire est la fonction de la sensibilité et de l’extrasensibilité comme fil conducteur de la supraconscience. 

Son hypothèse : lorsque l’extrasensibilité se perd, les circuits internes sont rompus avec l’esprit, le courant ne passe plus des mondes subtils vers notre conscience physique. Lorsque l’être ne peut plus décoder l’Esprit, il perd sa vitalité, son pouvoir sur sa vie, sa connexion avec son corps ; sa survie est en jeu et il ne trouve plus la force de s’édifier.