Voici ce dont il sera question dans cet article :

  • Être connecté web
  • Déconnecté de soi, les symptômes
  • La perte de sens, conséquence de déconnecter de soi
  • La pensée toxique, entretient le stress
  • La dépersonnalisation (palpitations, voile,etc)
  • S’en sortir : assumer son être et valoriser sa fonction
  • L’être essentiel, c’est quoi ?

Vous êtes présentement connecté.

Très connecté.

Sûrement haute vitesse.

Probablement à votre téléphone intelligent ou à votre ordinateur.

Si vous aimez être connecté aux technologies, voici peut-être des outils que vous apprécierez. Après votre magasinage, suivez-moi sous la pub, je vous parlerai des symptômes de déconnexion, pourquoi se connecter à votre être essentiel et de la protection de nos enfants.

À quoi êtes-vous le plus connecté ?

Déjà, depuis le début de votre lecture, peut-être avez-vous regardé des produits ou bien votre téléphone intelligent parce qu’il vous a envoyé des notifications. Votre questionnement sur vous-même a donc été interrompu par notre «réalité» sociale, celle des interwebs. Êtes-vous accro ?

Certains peuvent avoir l’impression qu’on est branchés depuis toujours mais j’ai eu mon premier site web en 1998. Il n’y a qu’une vingtaine d’années, nous étions environ 150 millions du genre. Aujourd’hui, en 2019, plus de 4 milliards d’internautes sont connectés au monde en permanence.

Et cette grosse vague de monde branché, c’est une secousse toute légère du premier séisme technologique, à côté de ce qui nous attend… C’est pourquoi je voudrais mettre votre attention aujourd’hui sur la difficulté que nous avons à nous ancrer et à quel point nous transmettons cette déconnection à nos enfants de plus en plus tôt.

Bien sûr, au cours des âges, notre priorité fut d’assurer notre survie. Et aujourd’hui, alors que nous parlons de moins en moins de pauvreté, nous sommes encore insécure face à notre richesse matérielle collective. Sommes-nous conditionnés, pour ne pas dire condamnés, à ne donner d’importance qu’à notre survie, qu’à notre protection ?

Avec la richesse du monde, nous ne devrions plus oublier qui nous sommes, nous avons le devoir de considérer l’équilibre de notre être intérieure.. Nous connecter à notre source profonde devrait devenir une priorité. Si nous ne sommes pas assez nombreux à nous connecter à notre être essentiel, nous risquons d’être branchés aux technologies et d’y faire mourir notre humanité. Pensant faciliter nos existences, nous nous retrouverons appauvris en réduisant notre pensée créative à celle des algorithmes et notre production à la performance des machines. Voulez-vous faire partie du problème ou de la solution ?

C’est quoi être déconnecté ?

Tout ce qui crée un dysfonctionnement du système nerveux (dépression, burn out, stress, etc.) engendre un symptôme qui exprime que vous ne respectez pas les besoins de votre être essentiel. La conséquence de la déconnexion est une dévitalisation générale qui conduit à une perte de sens de votre être.

En réalité, notre être essentiel ne peut se dissocier ni du corps ni de l’âme ni de l’esprit. Ce dernier dirige l’énergie dans le corps, via une intelligence vibratoire. L’âme condense cette énergie dans la forme organique. Et le corps brûle cette énergie dans l’action.

Lorsque notre corps ne brûle pas l’énergie, c’est-à-dire qu’elle n’est pas dépensée, alors la pensée qui a créé votre action (je dois téléphoner à un nouveau prospect aujourd’hui ou je dois parler à ma femme de ma déception), est refoulée dans votre être quelque part. Vous commencez à rompre l’équilibre entre l’esprit, l’âme et le corps. Vous entrez dans une agitation ou un spin de pensées négatives. Et vous mettez alors beaucoup de volonté à fuir cette pensée, ce qui vous fait compulser sur autre chose.

Quand on coupe le flot, de la pensée, le corps se déconnecte aussi de notre intention réelle (c’est le processus de la désintégration d’une pensée qui se meut dans le corps pour constituer une mémoire). Ce blocage nous fige dans le temps, coupe notre ressenti corporel et on ne veut plus rien savoir de notre esprit. On ne veut pas seulement fuir la pensée, mais la source d’où elle vient. Alors on s’éloigne encore plus de notre connexion.

Votre esprit, ce qu’il veut, c’est de vous recentrer dans un axe d’intelligence. Vous, vous le jugez et le condamnez pour inaptitude, car il ne va pas dans le sens du reste du monde, idéologiquement, socialement et financièrement. Vous êtes d’accord pour rester coupé de votre être essentiel. Et surtout ne toucher à rien ! Ne pas ouvrir ces petits tiroirs du subconscient ! Vous préférez rester branché aux autres.

La pensée négative devient toxique. Elle provient de la mauvaise gestion de la pensée créative. Elle tue votre énergie et réduit  votre état d’esprit. Cela vous donne un sentiment d’étouffement, de confinement dont vous ne pouvez identifier la source. Quand votre conscience ne peut plus être expansive, tout tourne autour de votre petit nombril. C’est le signe que vous êtes très insécure…


Je traite de pensée toxique dans ce livre :

Rétablir la communication version Kindle.

Procurez-vous la liseuse pour Kindle !

Version papier !


Lorsque l’équilibre est rompu avec l’esprit, le corps vit un stress. Plus il est éloigné fréquemment et longtemps de son équilibre, plus l’hormone du stress (adrénaline) s’intensifie et écrase l’hormone du plaisir (dopamine). L’être doit trouver d’autres sources d’activités pour stimuler la dopamine (pour une explication plus pointue, lisez cet étude sur le cerveau de l’université McGill).C’est à ce moment là que vous rechercherez des sensations fortes (jeu, boisson, sexe, sport, cyberdépendance, etc). Et plus vous vous adonnez à ces sensations, plus votre corps perd son intelligence interne. Vous vous mettez en danger.

Vous êtes déconnecté.e.

C’est difficile de se reconnecter à son être essentiel, mais tellement plus facile de vivre ainsi. L’un des obstacles sournois, c’est la pression sociale, votre frère, votre femme, votre mari, vos amis. Au moment où vous désirez le plus vous retrouver, ils sont inquiets pour vous. Mais ils sont surtout insécures pour eux car, ils ont peur de vous perdre tel qu’ils vous conçoivent au lieu de vous prendre tel que vous «êtes».

Perdre le contrôle de la situation, une bonne nouvelle

Le principal symptôme associé à la déconnexion s’appelle la dépersonnalisation. Je cite l’exemple tiré de la définition de Wikipédia : Une patiente témoigne ainsi de cet état : « Je suis là et pas là. Je suis avec vous, mais ailleurs. C’est comme s’il y avait un voile, une sorte de brume entre le monde et moi[…] »

Cette femme se dissocie de son moi interne mais aussi de son environnement (c’est la déréalisation). L’homéostasie (corps qui cherche l’équilibre global) ne s’opère plus et elle ne peut plus établir la mesure de son être essentiel.

Ça vous est déjà arrivé d’avoir l’impression de perdre le contrôle ? Lorsque je traite ce problème en thérapie énergétique, le corps se souvient pour mieux se libérer : palpitations, sueur, vue brouillée ou voile noir sur les yeux. Souvent remonte le souvenir de la crise de panique. Et nous passons à travers ensemble pour que la personne sache comment gérer de façon autonome à l’avenir. Les émotions devraient être comprises comme une clé d’évolution et non prises comme une souffrance (voir https://www.formationlecreateur.com/niveau-1-la-conscience-psychologique/ Les fréquences émotionnelles).

Le malheur de l’un fait le bonheur de l’autre

Si vous passez à l’action pour chacune de vos intentions (pensée créatrice), votre synergie interne se met en branle et stimule l’adrénaline qui vous active, ainsi que la dopamine, de manière à ce que l’homéostasie s’accomplisse en vous. Cet équilibre parfait vous procure l’impression du devoir accompli, du bonheur et de la plénitude.

Votre intelligence globale et universelle est la source de ce qui rend vos actions équilibrées parce qu’elle assure que vos énergies vibrent et qu’elles soient dirigées dans les intérêts de votre évolution et non en fonction du plaisir que veut éprouver votre corps.

Il faut savoir que c’est au moment où vous vous sentez le plus mal que votre être essentiel est le plus heureux. En effet, l’esprit qui dirige l’énergie dans votre corps est à nouveau entre ses mains afin que vous la gériez avec intelligence. C’est le fondement même de l’autonomie réelle.

Très souvent, vous vous astreignez à des tâches ou encore vous vous efforcez d’être fidèle à votre personnalité ou bien vous écoutez des conseils sans sonder à l’intérieur de vous s’ils sont applicables à votre être essentiel. Vous répondez automatiquement.

Dans chaque décision, il est bon de prendre conscience de la présence de votre synergie interne et de son fonctionnement (Vous pouvez étudier l’intégration progressive de votre être essentiel dans l’action avec la formation Le Créateur).

Lorsque les symptômes de déconnexion vous frappent, soyez heureux, ils vous forcent à retourner vers votre être essentiel, à vous intérioriser pour regrouper vos énergies et les remettre à la bonne place.

C’est à ce moment là que le sens du mot «responsabilité» se transforme : vous ne devez rien au système, ni à ceux qui y participent, dont toutes les personnes dans votre foyer, vos enfants, amis, collègues. Vous ne leur devez rien pas plus qu’ils ne vous doivent quelque chose. Vous allez me dire, non ! Je dois préparer le repas aux enfants, soit. Je dois aider mon voisin avec sa voiture, mon conjoint a mal au dos et a besoin de moi. Peut-être. Mais si votre besoin crie très fort, c’est le vôtre le plus important. Il n’y a pas de comparaison dans ce domaine. Il n’y a que de l’écoute suivie d’une affirmation : «Je dois prendre soin de moi!».

Sortez du poison de la culpabilité !

Votre seule responsabilité est de comprendre où se situe votre équilibre et de vous y tenir. Soyez celui ou celle qui inspire les autres à se connecter à leur être essentiel !

Se connecter : Assumer son être et valoriser sa fonction

En résumé, notre être essentiel est celui qui a la capacité de soupeser l’équilibre entre les 3 ingrédients : corps – âme – esprit pour que s’accomplisse la pensée ou votre intention (je ne développerai pas ici mais la notion d’intention est une clé importante dans la reconnexion à soi).

Évidemment, pour vérifier si vous êtes connecté.e, la première chose est de vous intérioriser dans votre corps. Observez, écoutez. Y a-t-il une contradiction ? Si 99% de mon attention est soit dans mes réflexions (activité cérébrale) soit à l’extérieur de moi (sur mon travail, j’écoute mon collègue, ma conjointe, mes enfants ou amis), je devrais faire un premier constat : Je ne m’écoute pas.

Deuxième constat : être déconnecté.e de soi est le signe que vous n’êtes pas vous-même, à savoir que vous refuser de voir vos énergies dirigées de l’intérieur, en fonction de votre équilibre. Pour respecter cette direction, il faut écouter l’énergie et apprendre à saisir ce qui lui donne de la force d’exécution (lâcher prise, ouverture à l’inconnu, vigilance, clarté), ce qui lui en enlève (orgueil, peur, doute, empathie).

Pour rester connecté.e, il faut accepter de changer certaines habitudes et beaucoup de croyances (je ne peux fonctionner seule, je ne surmonterai jamais ce problème, c’est impossible de changer, etc). Cette transformation exige un effort de conscience.

Si vous refuser de faire ce changement (parce que vous avez peur de perdre vos acquis, peur de ne pas réussir «comme les autres»), alors la vie vous apportera un choc de conscience pour faire trembler votre corps et le déstabiliser.

Je puis vous confirmer qu’il faut être très discipliné pour que notre intelligence ne soit pas détournée de son but interne . Considérez que votre être essentiel relève d’un principe trine : amour, volonté intelligence. Et que votre conscience est le territoire qui l’abrite. Votre conscience, c’est le véhicule de votre être. Et l’essence, c’est cette énergie qui circule, nourrit et illumine votre vie intérieure. Ce fiat lux (Que la lumière soit !) , c’est bien ce que vous avez de plus précieux. Protégez-la.

Protégez vos enfants

Tout le monde sait maintenant que ce ne sont pas les téléphones qui nous rendent accros, ce sont les réactions positives envers nous, alimentées par les «j’aime» et autres réponses de nos amis/fans qui moussent le taux de dopamine dans notre cerveau. Cette molécule est addictive, c’est pourquoi nous la recherchons.

Pour préserver les enfants contre les démons addictifs de la technologie, apprenez-leur très tôt à rester maîtres de leur état intérieur. Apprenez-leur à ne pas se laisser dominer par une pulsion basée sur le «plaisir pour le plaisir». Le plaisir doit être associé à une action intelligente, c’est-à-dire à l’intelligence de son équilibre interne. Il faut donc éduquer l’enfant à comprendre ses émotions, ses désirs, les pensées et l’aider à prendre du recul face à ses pensées.

Apprendre en tant qu’adulte à protéger vos énergies, faire l’effort de résister à toute dilution de votre être essentiel et passer à l’action en fonction de votre équilibre sont les principales clés que je viens de vous transmettre.

«Fermes ton cellulaire, maman, fermes le tien, papa, s’il te plait», ordonne une enfant dans cet article. Nos enfants sont en santé, quand ils nous font la leçon, mais ne les laissez pas vous la faire trop souvent. Soyez le parent de vos enfants, soyez l’être essentiel qu’ils veulent voir vibrer avec eux !

Pour savoir si vous êtes Sensible – Hypersensible – Suprasensible, faites le test sensimétrique !

JE VEUX FAIRE LE TEST !

Qu'est-ce que la SENSIBILITÉ ?

LA SENSIBILITÉ

C’est la faculté qu’on a de réagir à son milieu pour s’adapter.

Formation Le Créateur

Qu'est-ce que l'HYPERSENSIBILITÉ ?

L'HYPERSENSIBILITÉ

C’est une intolérance qui t’empêche de réagir à ton milieu pour t’adapter, ce qui t’amène vers une dimension plus subtile.
Formation Le Créateur

Qu'est-ce que la SUPRA SENSIBILITÉ ?

LA SUPRA SENSIBILITÉ

C’est ta capacité à faire bouger les choses selon ta propre conscience, après avoir fait le ménage entre ta personnalité et ton être essentiel.

Formation Le Créateur