La psychologie évolutionnaire, pour voir plus clair et se sentir plus grand

Qu’est-ce que la psychologie évolutionnaire

La psychologie évolutionnaire étudie la valeur de l’être en tant que force lumineuse et non comme un comportement animal et prévisible. Il s’agit d’une nouvelle branche de la psychologie qui fait contrepoids à une science humaine athée, qui a progressivement dépossédé l’Homme de son esprit-source.

Selon l’encyclopédie virtuelle Universalis : « Il est habituel de faire débuter l’histoire de la psychologie moderne avec René Descartes (1596-1650), tout en soulignant que l’émergence effective de la discipline date du XIXe siècle. Si l’origine philosophique de la psychologie ne fait aucun doute, il est important de souligner que l’individualisation de la discipline se réalisera d’abord dans les pays de langue allemande. »

Au contraire, les origines de la psychologie évolutionnaire ne sont pas philosophiques et proviennent du Québec. Elles se fondent sur la valeur réelle de l’être, en fusion avec sa conscience mentale. Il en résulte la capacité à faire vibrer, à l’intérieur de soi, une vérité innée appelée « savoir infus » qui se situe à la source de l’être, comme la manifestation profonde de son identité.

— À qui s’adresse la psychologie évolutionnaire ? À tout être qui vit une tension mentale ou existentielle dont l’origine lui est voilée. Alors la grande aventure commence : entrer en relation profonde avec ses d’énergies mentales. L’apprentissage de la maitrise de ces énergies conduit à une paix mentale permanente. Elle permet une gestion fiable des dons humains associés à la volonté, au pouvoir d’attraction, de création et de guérison.

Champ d’étude de la psychologie évolutionnaire

Ainsi les champs d’études de la psychologie évolutionnaire sont la psyché et le mental, dans ses aspects encore non pénétrés par la conscience. Il ne s’agit pas de l’analyse du comportement mais de la remise en action de la vibration de l’être à partir de sa propre autorité. L’être apprend à pénétrer dans toutes les dimensions de sa conscience, appelées « le réel » sans intermédiaire.

Il en résulte l’individualisation de la conscience. On dit alors que l’être retrouve le plein pouvoir sur l’ensemble de son territoire mental et psychique, donc sa pleine souveraineté. Par conséquent, il ne subit aucun harcèlement de pensées ni de présences et phénomènes psychiques.

À l’opposé, la psychologie d’origine philosophique ne tient pas compte du mental en tant que dimension, mais en tant que conception ou représentation d’une identité. La psychologie du comportement ne peut que conceptualiser en valeur bien/mal, là où la psychologie évolutionnaire se situe au-delà du bien/mal.

Létude de psychologie évolutionnaire permet d’embrasser le flux de cette énergie, en tant que valeur réelle de l’être.

Qu’est-ce que le réel ?

Le réel est une dimension psychique et mentale pénétrée par l’individu qui se conscientise au flux d’énergie mentales. Le mental est une dimension que l’être apprend à pénétrer progressivement pour accéder et libérer son feu vivifiant. Il en résulte une conscience affranchie de tout brouillard, doute, crainte.

En effet, lorsque l’énergie mentale devient sous le contrôle de l’être, la lumière est faite. Ainsi il peut avancer dans ses dimensions profondes, en affinant sa relation avec un monde subtil. Il peut alors explorer sa psyché et son mental, en pleine connaissance de ce terrain.

En psychologie évolutionnaire, le mental n’est pas considéré comme un centre d’abstraction philosophique. Il est une dimension où peut se manifester la puissance de sa volonté. Nous pouvons l’appeler le centre agissant de la conscience dont le pouvoir d’action est l’intention éclairée.

La sensibilité, valeur tangible de l’être

La valeur de l’être est établie par sa vibration source dans la dimension mentale. Il identifie et décode ses effets à travers 3 degrés de sensibilité, ou intensité de la lumière intérieure.

La sensibilité agit donc à la manière d’un rhéostat qui éclaire différentes dimensions de la conscience. De l’intensité la plus opaque à la plus éblouissante. La  psychologie classique confond la sensibilité avec le sentiment. Or ce dernier repose sur les croyances, la trame narrative de la personnalité. User du sentiment peut alimenter la sensiblerie qui entretient les blessures plutôt que d’éveiller la conscience au réel.

C’est ainsi que la sensibilité est responsable de la valeur de l’être. Et que le sentiment le déprécie.

L’étude de la psychologie évolutionnaire amène l’être à voir puis à corriger cette illusion. Lorsqu’il voit clair, il peut agir de manière autonome, sur sa nature opaque, impressionnable et inerte, grâce à une inversion du champ de sa conscience.

Le résultat de cette Révolution est une transmutation profonde de la psyché. De la lente intégration de toutes ses dimensions ou états d’intelligence, se manifeste le visionnaire pragmatique, vibrant au respect du vivant.

Être gouvernés par des consciences opaques

L’opacité provient de l’incapacité de l’individu à développer sa sensibilité à son point le plus élevé de lumière.

Les religions ont longtemps soumis le fidèle à une conscience anémique. Se laisser endormir par la loi de l’inertie, persister dans la résistance au changement a fait en sorte que notre conscience stagne. C’est pourquoi les avancées technologiques sont portées en triomphe, sans même que les instances n’aient posé des balises éthiques.

En lui fournissant un directeur de conscience, l’humain est devenu dépendant de représentants religieux. Et de ce fait, de toutes les formes d’autorités. Dès lors qu’ils refusent de pénétrer le réel, les humains ont besoin d’être gouvernés au point d’asservissement.

De tout temps, le fidèle a remis la responsabilité de son flux d’énergies en échange d’un soutien. Il l’a cédé à quelqu’un qui ne peut pas savoir à sa place comment en utiliser son feu créatif.

Prendre sa charge

Pour devenir responsable, l’être entame une démarche individuelle, champ d’étude de la psychologie évolutionnaire. Cette psychologie des profondeurs – dont Carl Gustav Jung fut l’un des pionniers – éclaire le subconscient dans sa totalité.

Elle conduit à une pleine maitrise sur ses énergies chaotiques inconscientes. Par conséquent, l’être atteint un plus grand équilibre avec les états inférieurs de l’intelligence (monde matériel).

Lorsque l’humanité aura activé ses états supérieurs d’intelligence (quantique et libre), chaque personne mettra un terme à l’opacité dans sa conscience. Alors nous verrons émerger une nouvelle gourvernance reposant sur la clarté de l’esprit.

Aucun gouvernement mondial ne peut s’établir sereinement s’il est dirigé par des leaders incapables d’embrasser pleinement le réel. C’est pourquoi la tentative de gouvernement mondial s’effondrera au cours des 3 prochaines décennies.

Le réel assumé

La psychologie traditionnelle demeure une jeune science humaine d’à peine 200 ans. Elle s’est toujours occupée du comportement du moi et des mécanismes de défense qui en découlent. L’être se construit un narratif  et se forge une personnalité à partir de ses perceptions sensorielles. Ses mémoires affectives sont les plus grands jalons de son destin.

Ce qui permet à l’être de se gouverner de l’intérieur

Mais lorsqu’il s’ouvre à la psychologie évolutionnaire, il développe ses états supérieurs d’intelligence. Alors, sa lecture de la vie s’étend au-delà des sens. Il est amené vers une hypersensibilité lui permettant de ressentir les champs extrasensoriel (conscientisation de ses captations intuitives). Puis il accède à une suprasensibilité lui permettant de manipuler son propre quantum d’énergie. À ce moment, il devient un Créateur.

Il en résulte ici une inversion/révolution : le sentiment meurt. La sensibilité devient sa force agissante. L’être vibre à sa valeur réelle.

Sortir de l’innocence pour assumer sa valeur

Plutôt qu’un souffre-douleur qui garde la dimension mentale opaque et inanimée, l’individu sort de l’innocence. Il SAIT qu’il ne peut plus dépendre des autres intérieurement parlant pour s’éclairer de l’intérieur. Et qu’il ne peut plus fermer les yeux sur le réel.

Il comprend alors que la solitude est le chemin obligé vers sa plénitude. Il est prêt à devenir libre. Il accepte d’apprivoiser la totalité de son flux d’énergies mentales, d’en gérer le chaos. Il sait, quelque part en lui, que ce flux lui procure paix et créativité en permanence.

Gestion du chaos

Cette inversion de la conscience est le fait de l’activation de la suprasensibilité, rhéostat le plus élevé de la lumière.

Elle donne les rennes du flux d’énergies mentales : l’identité de la personnalité est alors remplacée par une identité prépersonnelle ou fréquence lumineuse qui a démontré la puissance de sa volonté sur le flux d’énergies. La valeur réelle de l’être est pleinement assumée car, il est dorénavant apte à en décoder l’essence, la fonction.

Sa lecture repose non plus sur l’interprétation de comportements et de leurs interactions. Il décode les fréquences de son énergie interne et comprend leur direction.

L’être sort alors des impressions qui alimentent le doute et l’angoisse. Il s’ensuit une crise de sens et, éventuellement l’acceptation du réel.

Alors seulement il peut prétendre se gouverner. Il prend la responsabilité de sa pleine autorité. Il en résulte une autonomie dans la gestion de son chaos intérieur. Ce qu’il engendre n’est plus aléatoire, spéculatif, mais coordonné avec un ordre universel intérieur conscientisé. Ainsi nait un Créateur. L’être devient libre.

Les états d’intelligence

La psychologie évolutionnaire approfondit les apprentissages de tous les états de l’intelligence humaine. L’objectif principal est d’atteindre la contenance de l’énergie mentale, appelée « intériorisation ».

Par exemple, c’est le contraire que nous forcent à faire, par exemple, les réseaux sociaux ou toute personne qui cherche toujours notre attention. Il en résulte une perte d’énergie mentale qui conduit à une dévitalisation du système nerveux et donc du corps physique.

Cette perte alimente la dépendance. Nous avons l’impression soit d’avoir besoin des autres pour nous recharger soit, que nous leur devons quelque chose. Grave illusion que corrige le champ d’expertise de la psychologie évolutionnaire.

L’influence des machines et algorithmes menacent de détériorer ses aptitudes déjà développées s’il ne sort pas de la représentation de l’être. De ce fait, développer les états intermédiaires et supérieurs de notre intelligence protègera l’humain.

Aussi l’acquisition des états supérieurs d’intelligence ne se fait pas sans un détachement temporaire. Nos repères affectifs deviennent lourds, nos états inférieurs, matériels, encombrés.

Ce détachement est la première étape étudiée en psychologie évolutionnaire. Et nous serons tous amenés à le faire, par la force des choses…

Nos compétences universelles

Acquérir la compétence de la centricité met fin au désir de projeter son moi sur le monde, d’attirer l’attention pour soutirer de l’énergie aux autres. Conséquemment, le renversement de conscience du soi ouvre la porte aux états supérieurs de notre intelligence, à la suprasensibilité.

Ici, la compétence principale à acquérir est celle de la gestion de l’énergie mentale. À partir du moment où l’être maitrise l’énergie chaotique de sa psyché, il devient libre de créer sa vie, selon ses conditions, en respect du vivant. Car il comprend ses lois.

Ce qui nous distingue de l’intelligence artificielle

Nous avons développé des technologies incroyables. Mais si peu notre conscience humaine. En réalité, notre Histoire nous a démontré que les innovations sont développée par des personnes sans conscience de l’ordre universel. Déterminées par le profit de leurs entreprises privées, elles nous conduisent au chaos.

Avec l’avènement de l’intelligence artificielle (IA), notre espèce a le devoir d’approfondir son intelligence humaine. Car l’IA doit demeurer à son service pour son mieux-être.

Les visionnaires et ingénieurs de l’intelligence artificielle (IA) parlent de télépathie avec les ordinateurs. Mais qu’en est-il de notre propre pouvoir intérieur ?

Ces ingénieurs n’ont rien inventé. Ils tentent simplement de reproduire, mécaniquement, sans comprendre la loi du vivant, à sa source. Cette pâle copie de nos dons innés, de nos pouvoirs les plus enfouis, trahit notre étroitesse d’esprit. L’être a si peu de valeur, vu sous cet angle.

Tant que nous ne pouvons pénétrer les dimensions du réel, l’accès à la science du vivant nous sera interdit et la valeur de l’être continuera à se dégrader.

Le Programme de formation Le Créateur®  permet d’expérimenter en toute sécurité cette relation avec le réel. Elle redonne sa valeur réelle à l’être. Et elle le conduit à capter des informations vivifiantes pour le monde.

Sylvie Bergeron, coach senior, créatrice du premier programme magistral de  psychologie évolutionnaire

Programme complet de formation

Ce que vous apprend, entre autres choses, la psychologie évolutionnaire via la formation Le Créateur :

  • Comprendre l’émotion comme clé d’ajustement et d’évaluation;
  • Comment éliminer les interférences toxiques et les tensions qui produisent l’anxiété;
    • Mettre fin au spin des pensées;
    • La paix mentale délie l’intuition;
    • Développer un pouvoir d’intention créatif et non destructif;
    • La connexion à nos circuits internes nous permet de maitriser les énergies dont nous sommes composés « en tant qu’atome dans l’univers »;
    • Le détachement nous donne accès à tous ce qu’on a toujours voulu.

Cette instruction évolutionnaire est accessible à tous ceux qui souhaitent renouer avec leurs circuits internes, qui veulent rester intègres, apprendre à développer leur sensibilité en tant que conscience visionnaire. Notre qualité de vie en découlera dans l’avenir !

Ainsi la psychologie évolutionnaire n’est pas une pensée magique ni le fait de miracles. Elle est la science de l’humain qui permet de pénétrer le subconscient où dorment nos forces psychiques. Y accéder est la première étape vers nos états d’intelligences supérieurs. Développer la maitrise des énergies psychiques nécessite l’acquisition de compétences élevées.

Cette compétence est précédée par le développement de la centricité interne. C’est cette acquisition qui permet ensuite de développer la force de contenance adéquate dans la maitrise de la tension créatrice. Le souvenir de cette force souvent non assumée nécessite une instruction et des ajustements (coaching et ateliers).

Structurée en 3 niveaux par Sylvie Bergeron, les 6 états d’intelligence sont étudiés durant la formation Le Créateur de manière à favoriser l’intégration des compétences dans la douceur et la conscience.

Le déconditionnement via l’étude des niveaux de sensibilité de l’intelligence émotionnelle rend notre force plus claire, plus puissante. De là, nous ne craignons plus de nous lancer dans le vide infini du mode créatif.

Après avoir fait de notre sensibilité un outil créatif et non un sentiment de vulnérabilité, notre vision déconditionnée produit nécessairement des oeuvres vivifiantes et harmonieuses. Elles accroissent notre niveau d’énergie interne et leur impact régénérant se répercute dans notre environnement.

La formation, les ateliers et le coaching basés sur la psychologie évolutionnaire visent la liberté de l’être, son individualisation et donc son plein épanouissement. Ils permettent de réparer les structures intérieures – les vieux fils électriques coupés par des années de mauvaises conditions. Ces outils développent le renforcement de l’être – qui accède à la stabilité mentale – et améliorent la performance, tout en redonnant un sens à la vie sur tous les plans.

Le développement des apprentissages profonds développant les compétences de tous les états de notre intelligence globale produit un impact direct sur les fréquences nerveuses de notre corps et de notre métabolisme. Ces acquisitions humaines favoriseront une relation saine avec les machines et les algorithmes. Elles valoriseront le discernement dans le développement de diagnostics rendant pertinent leur application. Les compétences acquises par nos apprentissages profonds garantiront que notre milieu de vie professionnel, personne, que notre planète bénéficient de l’intelligence artificielle.

La valeur collaborative du travail devra être équilibrée par une distribution de richesses. Ceux qui développeront leurs intelligence supérieure pourront devenir la vigie de notre nouveau monde.

Apprentissages profonds: La pensée créative derrière l’intuition

Rétablir la communication, livre de Sylvie Bergeron, 1997